France : les opportunités de développement de la transition écologique et énergétique

La France bénéficie à l’international d’une image forte pour certains produits : c’est le cas pour ses produits agro-alimentaires (fromage et vin en particulier), ses parfums ou encore pour l’ensemble de la filière des cosmétiques.

JPEG
En Norvège, la présence de grands acteurs industriels français dans le secteur de l’énergie vient élargir cette image. Si ces éléments constituent indéniablement des points d’ancrage forts pour notre économie, ils ne doivent pas conduire à sous-estimer d’autres secteurs clés où l’expertise et l’importante place de la France mériteraient d’être mieux connues : La France tient ainsi le 1er rang en Europe pour l’industrie aéronautique, l’aérospatial et le nucléaire  ; la 2ème place pour l’industrie chimique ; ou encore la 3èmepour les secteurs des TIC et du médicament.

Il nous faut réfléchir aux filières de l’avenir, à ce titre, la transition écologique et énergétique en cours en France ouvre des opportunités de développement :

-  Il s’agit d’un marché attractif : le marché français est innovant et porteur, qu’il s’agisse des énergies renouvelables, des véhicules dé-carbonés, des réseaux intelligents, des transports et infrastructures durables. 7 pôles de compétitivité sont dédiés aux écotechnologies, et 9 pôles consacrés à l’énergie ;

-  Il existe de longue date une forte présence des groupes étrangers sur le marché français de l’énergie et des éco-technologies, à l’image de General-Electric, Siemens, Enercon, Vestas, Sunpower, Bombardier, Johnson Controls ou Toshiba ;

-  Le cadre législatif et réglementaire est en place : le « paquet Energie-Climat » adopté en 2008 par l’Union européenne retient une réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020, un accroissement de 20 % de l’efficacité énergétique et 20 % d’énergies renouvelables dans la consommation énergétique totale de l’UE ;

-  La France est le 5ème pays au monde le moins émetteur de gaz à effet de serre/ PIB avec une empreinte carbone inférieure à celle d’autres pays européens, dont l’Allemagne ou le Royaume-Uni.

-  Des structures dédiées et des incitations pour stimuler les partenariats industrie-recherche ont été développés parmi lesquels : 11 « Instituts d’excellence en énergies décarbonées » pour soutenir les partenariats de long terme entre les établissements d’enseignement supérieur et de recherche et les entreprises (920 millions d’euros d’incitations au titre des investissements d’avenir) ; des centres de recherche d’excellence mondiale, parmi lesquels l’Institut National de l’Energie Solaire (INES) ; le pôle Grenoblois sur les « smart grids » ou le CNRS PROMES sur l’énergie solaire thermodynamique à Perpignan.

JPEG

En outre, dans le programme d’investissements d’avenir de la France, 2,8 Mds€ sont dédiés aux investissements dans les démonstrateurs en énergies décarbonées et en chimie verte, dans les véhicules du futur, dans les réseaux électriques intelligents et dans l’économie dite circulaire.
Enfin, signalons le développement des véhicules électriques et hybrides soutenu par le Plan automobile lancé par le gouvernement français en juillet 2012 ;

JPEG

Témoignage : M. Timo Luukkainen- Président Directeur Général Ensto (société Finlandaise active dans le secteur de l’efficience énergétique)- La société dispose en France, de trois sites de production et emploie 300 personnes.
Quels atouts la France possède-t-elle ?

- C’est tout d’abord un grand marché, le second après les pays nordiques pour notre entreprise.

- Ensuite, la France dispose d’un développement technologique de haut niveau, ainsi que d’incitations fiscales très intéressantes pour les investissements en recherche et développement et innovation, qui représentent une part très importante de nos activités.

- Enfin, la langue française et la situation géographique sont également des atouts pour nous puisque plusieurs de nos entreprises clientes sont situées dans les pays du Maghreb, également francophones, ce qui favorise les échanges et la bonne communication. »

Quels conseils donneriez-vous à une entreprise souhaitant se développer en France ?
Je dirais d’une manière générale qu’il ne faut pas avoir peur de la France. Les Français sont des travailleurs sérieux et volontaires toujours très positifs. La France dispose de nombreux avantages, comme la taille de son marché, son niveau technologique et sa politique de promotion de l’innovation, ainsi que sa proximité avec d’autres marchés eux aussi porteurs ».

Source : Mission économique/ AFI

publié le 15/01/2014

Haut de la page