Le Grand Tour, voyage en francophonie

De passage à Oslo, le secrétaire d’Etat au développement et à la francophonie Jean-Marie le Guen met en lumière dans cet entretien les valeurs de la francophonie dans le cadre du Grand Tour 2017. Le thème de « l’hospitalité » a été choisi pour la célébration de la francophonie à Oslo cette année.

Demain, 1er mars, s’ouvre le Festival de la francophonie 2017 en Norvège. Consultez : http://www.frankofoni.org/

Monsieur le Ministre, le 15 février dernier, vous avez lancé avec Mme Michaëlle Jean le grand Tour 2017. Quels sont les objectifs de ce voyage en francophonie ?

Avec l’organisation de la francophonie, Mme Michaëlle Jean, nous avons fait de cette année 2017 un grand évènement culturel qui se répartira sur pratiquement l’ensemble de la planète. C’est une initiative pour valoriser non seulement la langue française, mais aussi cette communauté de 280 millions d’habitants, 750 millions d’ici 2030, d’humains qui parleront le français, et qui partageront une langue, une culture, des valeurs. Donc c’est ce que nous voulons mettre en avant. C’est ce que nous voulons célébrer. C’est ce que nous voulons fêter dans le monde entier, pour que tous ceux qui parlent français aient l’occasion de parler leur langue, d’exercer évidemment l’art, la culture, la créativité, mais aussi de former cette communauté qui existe et qui est la troisième communauté de langage au monde aujourd’hui.

Le Grand Tour 2017 compte 100 évènements sur les 5 continents. Pourquoi avoir choisi une étape nordique, à Oslo, centrée sur l’hospitalité ?

En Norvège, et plus généralement en Scandinavie, nous avons décidé, quand je dis « nous » c’est l’ensemble des représentants des pays francophones, ce n’est pas évidemment que la France, de célébrer l’hospitalité. Parce que c’est à la fois une valeur très française, cette capacité à la fois d’accueillir, mais aussi de le faire dans un sentiment de culture, d’identité, de partage d’un certain nombre de plaisirs de la vie, d’un art de vivre. C’est aussi, évidemment, un partage humaniste, avec des valeurs qui nous sont communes. Et je crois que la notion d’hospitalité est à la fois très forte, au cœur des valeurs de la francophonie, mais elle est aussi portée très largement par la Norvège, et plus largement par les pays scandinaves. Donc c’est une raison de plus de nous retrouver, et de partager cet héritage commun, ces valeurs communes que porte la francophonie.

La francophonie est une communauté ouverte, caractérisée par son potentiel. Quels sont les atouts de l’espace francophone, notamment en matière économique ?

Le français, la francophonie, c’est le troisième espace économique mondial. C’est donc l’occasion non seulement de partager une culture, des valeurs, une langue, mais aussi de partager des compréhensions des intérêts, une certaine façon de voir le monde et de créer des liens, y compris des liens économiques. C’est aussi un espace très puissant, puisqu’aujourd’hui vous le savez, par exemple l’Afrique est en grande partie francophone, que celle-ci, certes connaît des difficultés, mais c’est aussi le grand continent de la croissance du XXIe siècle. Donc être dans la francophonie, c’est aussi pouvoir s’épanouir dans une dimension économique particulière. Ce sont des atouts pour vivre, pour réfléchir, pour être ensemble, mais aussi des atouts pour conquérir de nouveaux marchés, de nouveaux espaces, des innovations. C’est une richesse partagée, que nous voulons ensemble faire fructifier et proposer au reste de l’humanité.

Interview réalisée par Tove Rømo Grande (service de presse).

publié le 01/03/2017

Haut de la page